Demain, tous slashers !

Le slasher est une espèce en voie de développement.

Habitant des villes ou des campagnes, cet homo sapiens se différencie de ses pairs par le nombre et la diversité de ses activités professionnelles et sociales. Il tire son nom du caractère dit slash (/, en bas à droite de votre clavier, un peu décalé comme le slasher ;-))

Le slash permettant de séparer les différentes casquettes qu’il porte à tour de rôle dans la semaine : par exemple Formateur/Musicien, Avocat/Patron d’une boulangerie, Consultant/Thérapeute etc … On ne parle pas là d’un hobbie comme peuvent en avoir chacun d’entre nous mais bien d’activités menées de front dans le quotidien.

Mais une ère nouvelle s’annonce pour ces travailleurs marginaux.

Lire la suite sur voix-du-changement.com

http://www.voix-du-changement.com/index.php?post/134

Êtes-vous un slasher ?

Slasher, kézako ? Ce mot fleurit dans le langage du monde du travail et fait beaucoup parlé de lui. Les slashers sont ces actifs qui exercent plusieurs emplois. Très répandus outre-Atlantique, les slashers s’imposent aussi en France. Dans une récente étude, la Dares (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) a estimé qu’en 2014, environ 1,4 millions des actifs français exerçaient plusieurs activités.

La Dares distingue plusieurs catégories de travailleurs pluriactifs. 450 000 salariés exercent un seul métier, mais auprès de plusieurs employeurs. 740 000 salariés ont plusieurs professions. Et enfin, 200 000 non-salariés exercent plusieurs activités. En tout, c’est 5,2% des actifs qui exercent plusieurs activités, un taux stable depuis dix ans.

Lire la suite sur blog-emploi.com

https://www.blog-emploi.com/slashers-cumulent-plusieurs-emplois/

Ils ont plusieurs métiers : slasher, mode d’emploi

Clown ET agriculteur, informaticien ET caviste… Cumuler petits boulots ou passions à temps partiels mène parfois au burn out ou au découvert à la fin du mois. Quelle est la recette pour ne pas devenir slasher à moitié ? Témoignages.

Si vous ne connaissez pas le terme, ne cherchez pas sur Google : nous ne parlerons ici ni des fans de l’ex-guitariste des Guns n’roses, ni du dernier film d’horreur pour adolescents célébrant halloween. Les slashers, c’est aussi un anglicisme dont raffolent les communicants pour désigner les personnes qui cumulent plusieurs activités : ils sont couturier « slash » serveur, régisseur / caviste, ébéniste / prof de guitare…

Lire la suite sur nouvelobs.com

https://www.nouvelobs.com/bien-bien/20151102.OBS8720/ils-ont-plusieurs-metiers-slasher-mode-d-emploi.html

Qui sont les «slashers», ces Français qui cumulent plusieurs jobs ?

Selon une étude réalisée pour le Salon des micro-entreprises, ces actifs qui choisissent de cumuler plusieurs jobs le font en très grande majorité pour gagner plus d’argent.

Chauffeur VTC et traiteur créole, créateur de bijoux et relaxologue, consultant RH et écrivain public… Le nombre de personnes cumulant plusieurs activités professionnelles n’a jamais été aussi élevé. Et la pluriactivité n’est pas forcément un choix contraint. Selon une étude réalisée pour le salon des micro-entreprises (SME) et publiée ce mardi, 70% des pluri-actifs ont en effet choisi ce mode d’activité professionnelle, une proportion en hausse de 6% par rapport à l’année dernière.

Lire la suite sur lefigaro.fr

 

http://www.lefigaro.fr/emploi/2016/08/31/09005-20160831ARTFIG00003-qui-sont-les-slashers-ces-francais-qui-cumulent-plusieurs-jobs.php

Le slashing, phénomène de mode ou réelle transformation de nos modes de travail ?

Les slashers sont des professionnels pluriactifs. En France, ils représentent 16% de la population active, qui cumulent au moins deux emplois. Si le mot en lui-même fait le buzz, il s’agit bien d’une réalité de plus en plus palpable qui vient révolutionner nos modes de travail et demander plus de flexibilité aux entreprises. Pourquoi devenir slasher ? Comment exercer plusieurs activités tout en restant efficace ?

 

Lire sur http://e-mag.xxe.fr

Les «slashers», ces actifs qui jonglent entre deux ou trois métiers

TRAVAIL. Selon une étude réalisée pour le Salon des micro-entreprises, 16 % des actifs jonglent entre deux métiers – voire plus. Une tendance de fond qui se développe, tant par contrainte que par choix.

Ils sont menuisier/photographe, infirmière/prof de yoga, architecte/judoka ou encore cuisinier/mannequin/guitariste. Ils assument leur profil atypique, multicasquettes, et le revendiquent même comme un mode de vie. Eux, ce sont les «slashers» (de « slash » en anglais, la barre oblique en français), des pluri-actifs qui construisent à la carte leur vie professionnelle, boudent le CDI «à la papa», refusent la hiérarchie du monde du travail ou s’ennuient dans une seule activité. Et veulent absolument conjuguer travail et plaisir.

Lire la suite sur leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/vive-la-double-vie-professionnelle-08-10-2015-5164389.php

« Slashers », pluriactivité et transformations du travail : opportunité ou menace pour le management ?

Les exemples abondent autour de nous : journaliste-écrivain, chauffeur privé-gérant d’une supérette, infirmier-professeur de yoga, enseignant en anglais-traducteur, freelancer multiple… Les pluriactifs n’ont jamais été aussi nombreux. Ils incarnent à la fois un espoir (dans la lutte contre le chômage et l’augmentation du niveau de revenu) et une inquiétude (notamment celle d’une société faite de travailleurs plus fragiles et plus dépendants).

Lire la suite sur theconversation.com

https://theconversation.com/slashers-pluriactivite-et-transformations-du-travail-opportunite-ou-menace-pour-le-management-84939