Le droit d’être démotivé

Patrick Vignaud par Patrick Vignaud  Harmoniste, expert en culture d’entreprise et cohérence.

Jeudi 11 juillet s’achevait le procès de France Telecom, au cœur des médias depuis quelques jours et ravivant l’affaire de la souffrance au travail. Entre 2007 et 2010, des suicides ont en effet bousculé l’entreprise de télécommunication, mettant en lumière le harcèlement moral au travail.

Jusqu’à récemment, il était de bon ton dans l’entreprise classique de porter un masque et de paraître toujours heureux et motivé, quitte à mentir à son entourage. Aujourd’hui, les choses changent sous l’impulsion des jeunes générations.

La parole se libère

Désormais, les collaborateurs sont de plus en plus nombreux à exprimer à haute voix leur besoin de s’épanouir professionnellement, d’avoir des responsabilités et de l’autonomie, de comprendre le sens de ce qu’ils ont faire. S’ils ne s’épanouissent pas dans leur travail, ils osent l’exprimer à leurs collègues et leur supérieur.

Les langues se délient. Le baby-foot et les séances de team-building ne suffisent plus à contenter les collaborateurs. Le niveau d’exigence s’accroît et la tolérance décroit vis-à-vis de tout ce qui n’est pas cohérent, transparent, porteur de sens et authentique. Ce phénomène de démotivation au travail peut devenir viral et impacter des équipes entières, d’où un risque pour les entreprises de « contagion » de la démotivation.

Maintenir la motivation ne se décrète pas et devient de plus en plus un sujet de préoccupation pour les dirigeants et DRH.

Alors comment faire ?

D’abord créer un cadre propice à l’épanouissement

Encourager la motivation sans avoir des bases saines n’est pas efficace dans la durée. Créer un cadre favorable nécessite cinq choses :

1.          Donner du sens, à travers une raison d’être inspirante et dans toute action.

2.          Donner une direction claire et cohérente : vision, ambition, stratégie, objectifs.

3.          Avoir un socle solide de valeurs communes incarnées, gage de confiance.

4.          Avoir une organisation, des rôles et des modalités de décision clairs.

5.          Avoir une proposition de valeur pertinente en réponse aux besoins du marché.

La motivation ne pourra se maintenir dans la durée qu’à condition qu’un tel cadre soit défini et surtout compris par chaque membre de l’équipe. Ce cadre permet en effet à l’autonomie et à la responsabilisation de se mettre en place efficacement et d’éviter les tensions inutiles. C’est donc la priorité N°1 de chaque dirigeant et manager !

 

Comprendre les raisons de la démotivation est clé

La démotivation est naturellement un frein au bon fonctionnement d’une entreprise mais c’est aussi un indicateur important car elle est potentiellement révélatrice d’une incohérence à corriger. D’où l’importance pour l’entreprise d’écouter et d’interagir pour comprendre l’origine de la démotivation et tenter de corriger rapidement.

En comprendre les raisons peut être complexe. Un chef d’entreprise peut motiver ses collaborateurs par le salaire et les primes mais la meilleure motivation est celle qui pousse à réaliser une action par pure envie. Les facteurs de cette motivation dite « intrinsèque » sont différents pour chaque collaborateur. La motivation peut également être influencée par des facteurs personnels. Voilà pourquoi manager requiert de la sensibilité ou de la formation.

Une fois un cadre favorable et une écoute de la démotivation installés, la motivation peut être encouragée ! Il est par exemple possible de valoriser une personne par la reconnaissance de son travail, par des challenges, par de la formation à de nouvelles connaissances ou encore par une bonne cohésion d’équipe…

Il est étonnant à ce propos de constater que la reconnaissance (savoir dire simplement « merci ») est ce qui coûte le moins cher et c’est ce qui est le plus réclamé par les collaborateurs !

 

Le devoir des démotivés

La démotivation étant un indicateur clé, le droit d’être démotivé s’accompagne du devoir moral d’expliquer sincèrement pourquoi (en utilisant les techniques de la Communication Non Violente). C’est en appliquant ce bon sens qu’un dialogue fructueux s’engage, ce qui permet de progresser vers une entreprise plus harmonieuse et performante.

Exprimer sa démotivation avec un état d’esprit constructif est donc sain !

Et gérer pro-activement la démotivation est source de performance …

Patrick Vignaud, Harmoniste d’entreprise

NB : En savoir plus sur comment créer un cadre favorable

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.